mercredi 7 décembre 2016

Exposition / Les bords du paysages: itinérances et sédiments

Les bords du paysage: itinérances et sédiments


exposition du 9.11.2016 au 11.12.2016
PHOTOGRAPHIES

Itinérances métropolitaines / MARIE COMBES

Ce travail d’images est l’exploration d’un territoire nommé indistinctement « la banlieue », territoire flouté pour le rendre anonyme, hachuré par les infrastructures de production, mité par des interstices délaissés.
Ce travail photographique est ainsi un voyage, il ausculte ces paysages urbains au gré de déplacements en train. Le monde qui défile dans le cadre de cette fenêtre exerce sur moi une fascination. J’ai commencé ce travail en hiver ; émerge une étrange beauté dans cette approche, l’éloge en grisaille de la lumière en île de France. Le spectacle que donne le paysage est aussi lié aux vibrations et aux bruits ressentis par le corps en mouvement. Le regard rivé, je tente alors dans ce déplacement de saisir des fragments de la ville et du territoire.
Une expérience immersive dans un paysage en mouvement 
Le paysage a trois dimensions, l’une est l’espace réel, l’autre l’espace perçu dans ce temps du voyage, la troisième est le déplacement même du train. Un horizon travaille ces photographies, sous une certaine lumière la chose qui trouble va-t-elle ressembler à quelque chose, faire éprouver cette expérience immersive ?
Parcours intime dans le réel, le déroulement du paysage observé pendant les déplacements, familier des franciliens, montre dans l’extension de l’urbanisme la mosaïque des constructions, la diversité et la singularité architecturale de l’habitat, la beauté troublante des bâtiments en friche, des espaces déserts, la fragilité de l’environnement.
Chacun garde en soi le souvenir d’un point de vue inoubliable, je pense ici à des paysages plus petits, plus fugitifs, alternative temporelle à la représentation de la banlieue, confrontation sensible à la lumière et au paysage, à l’urbanisme, à l’espace et au temps. Dans le désir de regarder le paysage, il y a la rencontre de soi et des autres. Cette physionomie du paysage urbain souligne ainsi la précarité et l’éphémère de l’homme. Dans la quête des multiples formes la vision vacille sans interruption, ces captures visuelles seraient l’image d’un monde nomade en perpétuelle mobilité. 

Marie Combes

Itinérances métropolitaines ©Marie Combes, tirage format 30x40cm

 
Sédiments / PATRICK RENAUD
Photographies 2014

 « Cet espace, qui n’apporte par lui-même ni rien de sensible ni aucune séduction, est le lieu nécessaire pour que s’y manifestent les forces des formes. Celles-ci nous le font éprouver mais d’abord elles lui appartiennent »
J.C. Lemagny. « Silence de la photographie ». Ed. L'Harmattan
Très rapidement, la photographie s’est imposée comme le médium le plus adapté à la représentation du réel et de l’objectivité. Certaines théories prétendent qu’elle a libéré la peinture. Assignée un temps à représenter, cette dernière pu aller vers l’abstraction ou d’autres inventions visuelles. Je suis sceptique sur cet enchaînement chronologique. Mon sentiment est que les choses se passent « entre », dans des écarts, entre des éléments pleins, matures, et d’autres éléments vides ou encore peu développés. Ces espaces souvent m’échappent, je ne les vois pas nécessairement mais ils permettent d’éprouver d’autres formes. La photographie s’est ainsi glissée entre la peinture et la lithographie, elle a cherché dans le Pictorialisme un geste, dans les clichés sur verre des liens entre gravure et procédé photographique. Parfois en imitant, elle a su développer ses spécificités et ses formes pour inventer sa place.
Avec « sédiments » j’ai repris des négatifs de petites installations réalisées en studio dans les années 90. Empilés les uns sur les autres avec plus ou moins de transparence, en négatif ou positif, à l’endroit ou à l’envers ils semblent proposer dans cet assemblage une image de paysage. Pourtant rien dans chaque négatif n’a de lien par ses formes et ses matières avec du paysage.
Dans ce feuilletage disparaît « l’instant décisif » si fondateur dans l’histoire de la photographie. Disparaît aussi la perspective classique bien qu’il y ait du « loin » et du « près ». Il ne reste juste qu’une image composée d’images. Avoir des réponses là où il n’y avait pas de questions.

P.R. décembre 2016 

Sédiments ©Patrick Renaud, tirage format 30x40cm
 



lundi 28 novembre 2016

Les bords du paysage: itinérances et sédiments

Nous proposons pendant trois jours un accrochage éphémère 
et un premier regard sur l’exposition photographique
 

Les bords du paysage: itinérances et sédiments
PHOTOGRAPHIES
Itinérances métropolitaines / MARIE COMBES
Sédiments / PATRICK RENAUD

Exposition du 09.12.2016 au 11.12. 2016

Vernissage le vendredi 09 décembre 2016, à partir de 18h
 

Ouverture le samedi 10 et le dimanche 11 décembre de 14h à 20h
L’ATELIER /// 15 rue Jules Ferry, 93170 Bagnolet
Ligne 9, station de métro Robespierre 

Marie Combes, Patrick Renaud
www.combesrenaud.com 

https://twitter.com/combesrenaud
https://www.facebook.com/CombesRenaud






mercredi 12 octobre 2016

POROSITÉS, Les frottements sont visuels.

POROSITÉS 
Les frottements sont visuels.

Invités durant les Ateliers Portes Ouvertes de Montreuil, nous proposons pendant trois jours un accrochage éphémère présentant d’autres pièces de la série "les Fugitives", et un premier regard sur quelques œuvres photographiques de la série "les Branches infinies ».
Marie Combes, Patrick Renaud

Exposition du 14.10.2016 au 16.10. 2016 

Ateliers portes Ouvertes de Montreuil

Vernissage le vendredi 14 octobre 2016, à partir de 19h

Avec les œuvres de Marie Combes, Dominique Hamot, 

Isabelle Menu, et Patrick Renaud

Atelier ouvert le samedi 15 et le dimanche 16 octobre de 14h à 20h

62 Bis rue Ernest Savard, Montreuil
M° Mairie de Montreuil 

 

jeudi 24 mars 2016

LES FUGITIVES / DETROIT chez VOLUME

LES FUGITIVES / DETROIT Photographies Marie Combes

L'exposition chez Volume est prolongée jusqu'au 30 mars 2016


Les Fugitives / Detroit. Faire un pas, puis un autre.
J’ai abordé chaque jour l’espace urbain de Detroit en marchant. Je n’imaginais pas vivre autrement cette expérience. J’avais besoin pour la découvrir, d’arpenter cette ville, pour la comprendre, pour la sentir, de me fondre en elle. La marche et l’image étaient une dynamique. Marie Combes, june 19 th, 2014

FUGITIVES / DETROIT 
One step , and then an another...
Faire un pas , puis un autre  
Livre d'artiste, photographies, notes Marie Combes
Préface Anya Sirota
édition à 75 exemplaires, bilingue, numérotée, signée 
en vente à la librairie Volume

"Marie Combes nous invite à rentrer dans l’intimité de son expérience, à renouveler nos perceptions, à nous ouvrir au plaisir d’un regard intuitif sans limites, et sans repères. Elle le fait en rendant l’image doucement désincarnée et construite par l’intérieur : flottant au dessus ou en dessous de l’attente, couplée dans une série de diptyques d’un autre monde, installée dans l’interstice précaire entre le construit et le bourgeonnant. Il y a des plissements et des hiatus  dans cette étrange restitution du paysage hybride comme itinérance visuelle, qui offre à l’observateur une poétique multiplicité d’issues possibles, dans un terrain redevenu vierge."      
Extrait préface / Anya Sirota

VOLUME
47, rue Notre Dame de Nazareth,
75003 Paris
du mardi au samedi de 11h00 à 20h00
from tuesday to saturday
from 11.00(am) to 8.00(pm)

téléphone : +33 (0)1 85 08 02 86
contact@librairievolume.fr

métro: République, Temple, Arts et Métiers, Strasbourg St Denis

vendredi 26 février 2016

Les Fugitives/ Detroit à la librairie VOLUME

Exposition du 3 au 23 mars 2016
Les Fugitives/ Detroit  
photographies Marie Combes

édition à 75 exemplaires d’un livre d’artiste, numéroté
fugitives/detroit
one step,and then another...

faire un pas,puis un autre.
 

vernissage jeudi 3 mars à partir de 19h30
VOLUME 47, rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris
 

ouverture du mardi au samedi de 11h00 à 20h00
from tuesday to saturday from 11.00(am) to 8.00(pm)

téléphone +33 (0)1 85 08 02 86
contact@librairievolume.fr
 

métro: République, Temple,
Arts et Métiers, Strasbourg St Denis



dimanche 13 septembre 2015

Les visages nus

Extraits de la série photographique
"Les visages nus" Photographies Patrick Renaud


Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.


Les fleurs du mal. Ch. Baudelaire

Les visages nus (toile 99-52) © patrick renaud

dimanche 7 juin 2015

LE PAYSAGE-MOUVEMENT / Jean-Christophe Bailly

Publication 
LE PAYSAGE-MOUVEMENT 
Jean-Christophe Bailly  

"Indexé aux régimes fixes de l’image ou du relevé, le paysage s’en exile pourtant continûment, que ce soit par son propre devenir ou par l’expérience que l’on fait de lui aussitôt que l’on s’y déplace, quel que soit dès lors le moyen employé. 
C’est ce paysage-mouvement, c’est la disposition du paysage au mouvement qui sont ici explorés, et par les voies les plus diverses : le vent, un canal, les premiers chemins de la Gaule, un projet futuriste abandonné, le cinéma, la ville de Detroit, une petite gare et deux plus grandes, et même le métro : il était fatal que ce n° 13 soit lui-même un voyage zigzagant."



LES FUGITIVES / DETROIT ©Marie Combes



Au sommaire de ce numéro 13 :
Marc Claramunt, Pierre Nouvel,
Claude Eveno, Michel Bousquet,
Romain Vallengelier, Alexandre Libersart, Julie-Amadea Pluriel, Sabine Bouché-Pillon, Alexandre Chemetoff, Marie Combes,
Anaïs Ancellin, Hermine de Chavannes, Antoine Feldman, Charlotte Kende,
Albane Poirier-Clerc & Bruno Ricard, Alain Bublex, Emmanuel Burdeau,
Juliette Kahane





LE PAYSAGE-MOUVEMENT 
Jean-Christophe Bailly
Extrait Publication mai 2015
LES FUGITIVES / DETROIT ©Marie Combes